Le Trialogue se présente

Le Trialogue est un réseau de solidarité animé par une trentaine de spécialistes bénévoles, en accompagnement social, en droit, en assurances sociales, en ressources humaines, en informatique ... Reconnu à but non lucratif, le Trialogue dispose depuis 1997 d’une petite maison prêtée par la Ville de Genève et bénéficie d’une subvention annuelle qui lui permet d’offrir chaque année de dix à douze mille prestations aux personnes défavorisées, à la recherche d’un emploi, en fin de droits ou marginalisées par la société.

*  *  *

Le Trialogue dans le paysage social genevois

Le chômage se gère différemment d'un individu à l'autre. Certains se remettent relativement bien d'une suppression temporaire d'emploi et démarrent sans problème majeur dans une nouvelle activité professionnelle, d'autres en revanche, plus fragiles, sont complètement détruits par la nouvelle vie sans emploi qu'ils ont à affronter. L’accueil convivial, de type familial, au sein d’une petite structure est primordial. Il redonne confiance. Autour de la table, à midi pour le repas, on se sent moins seul et des liens se nouent.

Le Trialogue n'est pas une association de défense des chômeurs mais un réseau de solidarité animé par des spécialistes bénévoles, en accompagnement social, en droit, en assurances sociales, en ressources humaines, en informatique etc.

La structure d'aide unique du Trialogue est largement reconnue et a fait ses preuves. Le Trialogue offre, le plus souvent à la demande des autorités du chômage et de l'Hospice Général, une aide ciblée et individualisée. Cette aide ne pourrait pas être apportée par les instances étatiques (prise en charge globale dans l'urgence et dans un même lieu par des spécialistes de divers horizons – discrétion – convivialité). Nos bénévoles spécialisés sont issus de divers milieux économiques. Leur regard est sans complaisance et dynamique, de quoi redonner quelques motivations aux plus découragés.

Les personnes qui viennent à l'association connaissent mal la loi et par conséquent leurs droits. Elles sont incapables de faire un recours ou de payer un avocat. Il n'est pas possible pour l’Etat d’aider les chômeurs à recourir contre les décisions rendues par les divers services. Le Trialogue intervient en la matière avec l’objectivité nécessaire. Il s'est constitué une solide bibliothèque juridique informatisée en matière d'assurance-chômage afin de rester constamment au courant de la jurisprudence.

Le Trialogue offre à de jeunes stagiaires juristes une première expérience professionnelle sous la supervision d’une avocate bénévole. Leur stage représente un véritable tremplin vers un premier emploi. La quasi-totalité de ces jeunes trouve un emploi en cours ou à l’issue de leur stage.

Nos permanences juridiques et d’informations, ouvertes et gratuites, permettent d’offrir nos conseils à beaucoup de personnes non informées, désemparées devant les exigences des assurances sociales. Il s’agit d’assurance-chômage bien sûr, mais également d’aide sociale, de prestations complémentaires, d’AI, d’AVS, du droit du travail, de la perte de gain, tout étant fréquemment lié.

Le Trialogue apporte des outils, de l'aide et une grande disponibilité.

Au fil des ans et des crises économiques successives, de plus en plus de personnes particulièrement démunies sont confrontées à des situations désespérées qui pourraient trouver une solution à la seule condition d'avancer une somme, souvent même modeste, pour faire face à un « coup du sort », régler un problème d'impôt ou avancer un loyer par exemple afin qu'elles ne se retrouvent pas en grande précarité, en "marge" de la société. Le Trialogue a créé un Fonds de Micro-crédit qui peut intervenir dans l'urgence, sans délais, dans l'attente de l'aide des fondations qu'il sollicite.

Les personnes étrangères qui ont été aidées au Trialogue pendant un certain temps mettent ensuite leurs connaissances à disposition de leur entourage. Elles ont très souvent elles-mêmes participé à l’intégration de leurs compatriotes ! Le caractère non institutionnalisé et convivial de l’aide dispensée au Trialogue favorise les contacts, la confiance et l’envie d’apprendre et d’aider à son tour.

Le Trialogue tend à réduire le "tourisme social " qui épuise le chômeur tout comme les intervenants sociaux en effectuant un sérieux travail de réseau et de médiation. Il collabore régulièrement avec les instances du chômage, l'Hospice Général et de manière soutenue avec l'Hôpital cantonal, Belle-Idée, les Centres de thérapies brèves, l'AI et les institutions spécialisées.

Le Trialogue contribue à faire connaître l'assurance-chômage et offre gratuitement sur Internet la consultation d'un guide mis à jour on-line (www.guidechomage.ch). Ce guide est connu et recommandé dans les publications de l'Université. Il fait office de référence. Il nécessite un intense travail de recherche afin de rester constamment à jour et d'inclure les changements législatifs et jurisprudentiels. Il est régulièrement consulté (291'928 visites en un an, soit 750’775 pages consultées).

Enfin, Le Trialogue en tant qu'observatoire privilégié dans le domaine du chômage permet, lors d'auditions parlementaires, non seulement d'apporter un avis éclairé mais aussi des réponses aux questions concrètes que se posent les décideurs.

Décembre 2016,
Doris Gorgé, présidente

*  *  *

Le Trialogue a déjà son Histoire:

1997

Deux porteurs d'utopies se croisent : une Ecrivaine Publique et un Médecin. Chacun avait conçu un projet dont la réalisation s'était avérée périlleuse. Ils unissent leurs forces et leurs rêves.

1998

Dans la salle d'un Café carougeois, sur le coin d'une table, les premières rencontres avec les chômeurs désireux d'aider et les personnes fragilisées commencent. Un appel est lancé à la radio : « Venez nous aider, vous les retraités et les professionnels ! ». Un compte bancaire est ouvert, 20 francs y sont déposés. Le Trialogue est né !

1999

L'association s'installe dans le quartier de St.Jean : une ancienne villa dans un charmant petit pré, à la façade décorée de fantômes bienveillants, est prêtée par la Ville de Genève. L'installation demande beaucoup d'imagination, de talents et d'énergie. Petit à petit, les services proposés se multiplient... on serait presque à l'étroit !

2000

Médecins, avocats, coiffeurs et traducteurs offrent leur aide. Des réseaux de solidarité sont créés ! Un secrétariat tenu, par tranches de deux heures, par des dames bénévoles, c'est pas triste !

2001

Un député bienveillant dépose un projet de loi au Grand Conseil qui permet au Trialogue d'engager une secrétaire ! Le trialogue prendrait-il racine ?

2002

Le Trialogue s'adapte aux besoins du moment : il se crée un fonds de solidarité, un fonds de micro-crédit et une panoplie de permanences. On se croise à peine dans l'escalier en colimaçon !

2003

EXPO 02, le Trialogue prend sa place dans ce grand moment de convivialité et de création.

2004

Le Trialogue migre de Saint-Jean à la Servette alors que les intempéries sociales déferlent !

2008

Dix ans déjà... le coup de coeur continue !

*   *   *

Le 27 avril 12                                      Interview:JobticMag : « Le taux de chômage n’est plus une donnée fiable »

            http://www.jobtic.ch/Jobtic/detart.php?art=660&Lan=1

 

Le 14 mai 12                                       Emission:Radio sans Chaîne : interview de Mme Doris Gorgé et Mme Véronique Emery 

                                               http://www.radio-sans-chaine.com/emissions.php?categ=17

Le 25 mai 16                                       Emission:« On en parle » de la RTS – « Bienvenue au chômage » - participation du Trialogue

                                               www.rts.ch/la-1ere/programmes/on-en-parle/7713902-on-en-parle-du-25-05-2016.html